Trois tableau de René Botti
René Botti, le chantre de la ville

L’Agence ARA pour ce premier article de la catégorie ART souhaite vous présenter un artiste inventif et interrogateur, René Botti, peintre et sculpteur. Dans l’espace de la galerie, ses œuvres nous arrêtent et nous parlent : peintes sur des matériaux de récupération urbaine comme des palissades de bois, l’on comprend qu’il a privilégié la piste de la Modernité en art soit le détournement des objets du quotidien. Ferait-il un petit clin d’œil à Marcel Duchamp qui exposa un urinoir renversé comme “Fontaine” dans le milieu artistique de 1917 alors choqué par son hardiesse ?

Ce qui est sûr est qu’il a été au contact de l’art très jeune. Il est né en 1941 et dès ses 8 ans, il passe du temps dans les ateliers du peintre et sculpteur Bruyère et du sculpteur Caumont. Alors, il décide vite et par passion d’intégrer l’École des Arts Appliqués puis celle des Arts Graphiques dont il reçoit le diplôme avec le premier prix du jury.

Ses peintures mêlent cette tradition de l’illustration figurative que l’on rencontre souvent dans le monde de la communication, un clown triste, un voyageur de grands chemins, le portrait du philosophe Friedrich Nietzsche, celui de Jacques Brel avec la modernité des Nouveaux Réalistes comme l’artiste Raymond Hains qui déchirait et collait des affiches pour les exposer ainsi.

René Botti, quant à lui, superpose, colle, déchire les affiches éphémères, encore et encore, jusqu’à obtenir un support qu’il lui convienne. Il veut révéler la poésie de l’affichage sauvage ! Puis il y peint ses personnages qu’il a souvent travaillé d’abord dans ses carnets quotidiens dans lesquels des figures s’animent sur le recto et le verso des pages. Il y colle aussi des textes poignants de ses amis poètes.

La société contemporaine l’inspire par son contraste saisissant : d’abord une humanité dans ce qu’elle a de plus magnifique mais l’artiste la perçoit aussi dans toute sa laideur. Enfin, il termine ses compositions comme le faisait Fernand Léger (Les Disques dans la Ville, 1920 ) en collant çà et là des bouts de ville : des numéros au pochoir, des bouts de journaux etc. qu’il a été collectés tel un explorateur sur le terrain même de notre urbanité.

Vous pourrez contemplez les œuvres de René Botti pendant le Festival “Correspondances des Arts” à l’exposition “Chants d’amour” qui aura lieu du 17 au 25 mai 2019 dans la ville de Braine dans l’Aisne.

Partager

Laisser des commentaires

Votre email est en sécurité avec nous.

Inscrivez-vous a notre Newsletter

 

Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien dans le pied de page de nos e-mails. Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez visiter notre politique de confidentialité.

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme de newsletter. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour traitement. En savoir plus sur les pratiques de Mailchimp en matière de confidentialité.